Le Rendez-Vous des Voyageurs

Même si l’abri de ta nuit est peu sûr et ton but encore lointain sache qu’il nexiste pas de chemin sans terme.


Hafez, poète persan

Accueil > Archives > par dates

mois précédent   Archives 2005-10-1- 2005-10-31   mois suivant


Situé au cœur de l’Asie Centrale, mon pays l’Ouzbékistan est une jeune république qui veut s’ouvrir au monde et vous accueille avec son hospitalité traditionnelle. Jadis une étape importante de la Grande Route de la soie, l’Ouzbékistan a été la terre d’accueil de toutes les religions et convoité tour à tour par les Grecs, les Arabes et les Mongoles. Anglais, Russes... Tamerlan en a fait son empire jusqu’aux Indes ! Je vous emmènerai à la découverte des villes oasis -Khiva, Boukhara, Samarcande, Fergana, Termez- fascinantes par leurs dormes turquoise aux bords des fleuves Amou-Daria et Syr-Daria…puis nous irons à la rencontre des nomades dans les steppes et le désert KisilKoum (Sables Rouges) L’Ouzbékistan s’est le mélange éternel des peuples d’Asie et d’Occident…que je vais vous raconter au travers d’un passé encore présent mais aussi de l’avenir qui est cet esprit d’ouverture, de tolérance, de curiosité insatiable et de conquête qui nous a toujours animés.

 
mardi 4 octobre 2005

Situé au cœur de l’Asie Centrale, mon pays l’Ouzbékistan est une jeune république qui veut s’ouvrir au monde et vous accueille avec son hospitalité traditionnelle. Jadis une étape importante de la Grande Route de la soie, l’Ouzbékistan a été la terre d’accueil de toutes les religions et convoité tour à tour par les Grecs, les Arabes et les Mongoles. Anglais, Russes... Tamerlan en a fait son empire jusqu’aux Indes ! Je vous emmènerai à la découverte des villes oasis -Khiva, Boukhara, Samarcande, Fergana, Termez- fascinantes par leurs dormes turquoise aux bords des fleuves Amou-Daria et Syr-Daria…puis nous irons à la rencontre des nomades dans les steppes et le désert KisilKoum (Sables Rouges) L’Ouzbékistan s’est le mélange éternel des peuples d’Asie et d’Occident…que je vais vous raconter au travers d’un passé encore présent mais aussi de l’avenir qui est cet esprit d’ouverture, de tolérance, de curiosité insatiable et de conquête qui nous a toujours animés.

 
jeudi 6 octobre 2005

Ce pays longiligne de Pablo Neruda, nous l’avons sillonné avec nos fillettes de 2 et 5 ans, en prenant le temps de parcourir plus de 3000km de Santiago à Arica. Semi-désertique, désertique, puis verdoyante, la végétation change à mesure que l’on progresse vers la frontière nord, mais partout la nature nous époustoufle par sa splendeur et son immensité : les otaries se prélassent devant nous dans la réserve des pingouins de Humboldt, les renards du désert grignotent nos miettes dans le parc Pan de Azucar , le salar d’Atacama s’étend à perte de vue sur fond de cordillère où culminent à plus de 6000 m les volcans enneigés, et les geysers crachent leur gerbe d’eau à plus de 2m de hauteur. Partout la nature s’impose, même les restaurants cuisinent à l’énergie solaire !

 
mardi 11 octobre 2005

Perdue en plein Pacifique-sud à des milliers de kilomètres des côtes du Chili et de l’archipel polynésien, l’Ile de Pâques continue de fasciner et de poser des questions auxquelles, malgré les progrès de la science, on n’a pas toujours de réponses. Quels sont donc ce(s) peuple(s) qui en prirent possession ? D’où venaient-ils ? Pourquoi, sur un territoire pas plus grand que celui de l’île d’Oléron, se mirent-ils à construire environ 800 de ces célèbres et gigantesques statues ? Pourquoi cette l’île lointaine, dépourvue de richesses naturelles, a-t-elle la plus forte densité archéologique de la planète ? Pourquoi aussi, avant l’arrivée des premiers européens le jour de Pâques 1722, fut-elle ravagée par des guerres tribales qui furent pour elle le début de la fin ? Je vous propose donc d’essayer de vous plonger dans l’atmosphère très particulière de cette île dont le passé plombe la vie quotidienne de ses 2500 habitants.

 
jeudi 13 octobre 2005

Perdue en plein Pacifique-sud à des milliers de kilomètres des côtes du Chili et de l’archipel polynésien, l’Ile de Pâques continue de fasciner et de poser des questions auxquelles, malgré les progrès de la science, on n’a pas toujours de réponses. Quels sont donc ce(s) peuple(s) qui en prirent possession ? D’où venaient-ils ? Pourquoi, sur un territoire pas plus grand que celui de l’île d’Oléron, se mirent-ils à construire environ 800 de ces célèbres et gigantesques statues ? Pourquoi cette l’île lointaine, dépourvue de richesses naturelles, a-t-elle la plus forte densité archéologique de la planète ? Pourquoi aussi, avant l’arrivée des premiers européens le jour de Pâques 1722, fut-elle ravagée par des guerres tribales qui furent pour elle le début de la fin ? Je vous propose donc d’essayer de vous plonger dans l’atmosphère très particulière de cette île dont le passé plombe la vie quotidienne de ses 2500 habitants.

 
mardi 18 octobre 2005

Par ce magnifique trek, nous côtoierons les majestueux sommets des Annapurnas et du Dhaulagiri. Je vous invite à la découverte du Népal et de ses ethnies. Le trek débutera au milieu des rizières cultivées enterrasse. Avec l’altitude, changement de végétation et de paysages ; aux collines verdoyantes se succèdent les hauts plateaux d’altitude, avec le passage du col le Thorong Pass à 5416 m, où la vue sur le Dhaulagiri est insolite. Nous descendrons ensuite vers Jomoson, décor aride et désertique, aux portes du Mustang pour terminer ce périple à Pokhara en longeant la célèbre Kali Gandaki et en suivant du regard le Machapuchare….

 
jeudi 20 octobre 2005

Par ce magnifique trek, nous côtoierons les majestueux sommets des Annapurnas et du Dhaulagiri. Je vous invite à la découverte du Népal et de ses ethnies. Le trek débutera au milieu des rizières cultivées enterrasse. Avec l’altitude, changement de végétation et de paysages ; aux collines verdoyantes se succèdent les hauts plateaux d’altitude, avec le passage du col le Thorong Pass à 5416 m, où la vue sur le Dhaulagiri est insolite. Nous descendrons ensuite vers Jomoson, décor aride et désertique, aux portes du Mustang pour terminer ce périple à Pokhara en longeant la célèbre Kali Gandaki et en suivant du regard le Machapuchare….

 
mardi 25 octobre 2005

Ce pays longiligne de Pablo Neruda, nous l’avons sillonné avec nos fillettes de 2 et 5 ans, en prenant le temps de parcourir plus de 3000km de Santiago à Arica. Semi-désertique, désertique, puis verdoyante, la végétation change à mesure que l’on progresse vers la frontière nord, mais partout la nature nous époustoufle par sa splendeur et son immensité : les otaries se prélassent devant nous dans la réserve des pingouins de Humboldt, les renards du désert grignotent nos miettes dans le parc Pan de Azucar , le salar d’Atacama s’étend à perte de vue sur fond de cordillère où culminent à plus de 6000 m les volcans enneigés, et les geysers crachent leur gerbe d’eau à plus de 2m de hauteur. Partout la nature s’impose, même les restaurants cuisinent à l’énergie solaire !

 
jeudi 27 octobre 2005


Abonnement RSS Suivre la vie du site - Abonnement Newsletter - Agora - Information site - Programme trimestriel